< Tous les projets

Étude NeurO2: Oxygénation optimale du cerveau chez les patients dans un état critique neurologique

Financement: Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC)
Statut: Recrutement en cours

Chercheurs Principaux: Alexis Turgeon, Michaël Chassé, Shane English

Co-Chercheurs: les chercheurs de l’Étude NeurO2

 

Contexte

Les traumatismes craniocérébraux (TCC) et les hémorragies sous-arachnoïdienne anévrismale (HSAa) sont des événements neurologiques dévastateurs qui représentent la majorité des admissions dans les unités de soins intensifs neurologiques (USIN). Les patients atteints sont souvent jeunes et ont un taux de mortalité qui demeure inacceptable en Amérique du Nord, de 20 à 50%. Au cours de leur séjour à l’USIN, plus de 50% des patients atteints de TCC et HSAa développent une anémie (hémoglobine <100 g / L), entraînant une ischémie cérébrale et des lésions secondaires, et associée à de moins bons résultats cliniques.

Les outils permettant de quantifier de manière fiable le fardeau hypoxémique cérébral font défaut et ont été historiquement limités à une imagerie médicale sophistiquée et inaccessible ou à des mesures invasives. La spectroscopie proche infrarouge (near-infrared spectroscopy [NIRS]) est une technologie émergente et innovante en USIN. La corrélation entre la valeur mesurée par la spectroscopie proche infrarouge et la concentration d’hémoglobine est bien établie, mais la recherche sur la capacité de la spectroscopie proche infrarouge à détecter avec succès les changements dans l’oxygénation cérébrale en réponse à la transfusion de globules rouges a toutefois donné des résultats contradictoires à la fois à l’USIN et pour d’autres populations de patients. L’association du fardeau hypoxémique cérébral, tel que mesuré par spectroscopie proche infrarouge, avec des résultats cliniquement significatifs à long terme et s’il pourrait être un critère dans la décision d’une transfusion de globules rouges en plus des taux d’hémoglobine reste à déterminer.

Hypothèse d’étude

Nous émettons l’hypothèse que, chez les patients adultes atteints de TCC et HASa séjournant à l’USIN et présentant une anémie, le fardeau hypoxémique cérébral mesuré par spectroscopie proche infrarouge est associé aux résultats cliniques à long terme, est affecté par la transfusion de globules rouges, et peut donc servir de déclencheur de transfusion de globules rouges en plus de la mesure du taux d’hémoglobine.

Étude proposée

L’étude NeurO2 est intégrée à deux essais contrôlés randomisés multicentriques internationaux à grande échelle financés par les IRSC, soit HEMOTION (n=712; NCT03260478) et SAHaRA (n=740; NCT03309579), examinant l’effet de deux stratégies de seuil de transfusion de globules rouges chez les patients de l’USIN sur les résultats fonctionnels neurologiques à long terme chez des patients atteints de TCC et HASa, respectivement. Les objectifs de l’étude sont 1) d’évaluer si la charge hypoxémique cérébrale mesurée de manière non invasive par spectroscopie proche infrarouge pendant le séjour à l’USIN, est associée au résultat neurologique fonctionnel (Glasgow Outcome Scale extended [GOSe]) à 6 mois, 2) déterminer si le fardeau hypoxémique est impacté par les transfusions de globules rouges et 3) déterminer si le niveau de réponse à la charge hypoxémique cérébrale après transfusion de globules rouges est associé au GOSe à 6 mois.

Faites un Don